Théâtre

Voir la vidéo

Date Heure Réservation
Samedi 17 Mars 21h00
Tarifs
Tarif général22 €
Tarif réduit18 €
Tarif enfant12 €

Le Portrait de Dorian Gray

d’après le roman d’Oscar Wilde

Par la magie d'un vœu, Dorian Gray conserve la grâce et la beauté de la jeunesse. Seul son portrait vieillira. Le jeune dandy s'adonne alors à toutes les expériences, s'enivre de sensations et recherche les plaisirs secrets et raffinés.
Il s’agit de l’œuvre la plus personnelle de Wilde. Il disait : « Dorian Gray contient trop de moi-même, Basil est ce que je pense être, Harry ce que les gens pensent que je suis et Dorian ce que j’aurais aimé être en d’autres temps. »
Wilde pense que pour se réaliser, l’homme doit rechercher le plaisir et la beauté, sous toutes leurs formes, bien ou mal. L'art n'a rien à voir avec la morale. Dans une langue raffinée, l'auteur remet en question la société, le mariage, la morale et l'art. Ce roman scandalisa l’Angleterre victorienne.

« Bon découpage, bon rythme (...) Thomas Le Douarec a su conserver les humeurs brillantes du livre. Les répliques font mouche et avec le ton très élégant qu’il adopte, on est immédiatement happé par l’histoire du trop beau Dorian Gray… » Figaroscope

« L’adaptation est très astucieuse. C’est très respectueux du récit et de la langue, c’est un théâtre qui joue la littérature et qui la joue bien.»Le Masque et la Plume

« Arnaud Denis possède toutes les couleurs du rôle, de l’angélisme à l’abjection, et s’en sert avec beaucoup d’habileté.» L’Obs

Il ne faut surtout pas rater « Le portrait de Dorian Gray », d’après le roman d’Oscar Wilde (…) C’est un petit bijou à mettre devant tous les yeux.(…) Marianne

Adaptation théâtrale et mise en scène : Thomas Le Douarec assisté de Caroline Devismes

Avec : Arnaud Denis, Thomas Le Douarec, Caroline Devismes et Fabrice Scott

NOTE D’INTENTION :

Toute création a sa part d’obsession ou est le fruit d’une obsession. Poursuivre une idée de manière aussi obsessionnelle a de quoi m’inquiéter… Pour me rassurer, je me dis que c’est le propre de certains artistes que de vouloir saisir, du moins se donner l’illusion, à force, de comprendre ou de capturer une image, un instant, une idée… C’est maintenant la cinquième fois que j’explore l’œuvre de Wilde. Toujours intimement persuadé que le Portrait de Dorian Gray est la plus grande pièce de théâtre que Wilde ait jamais écrite, je me lance à nouveau dans la quête d’en faire cette fois-ci une vraie pièce de théâtre, avec l’espoir, peut-être illusoire, d’en faire un vrai classique. Je suis persuadé que Wilde, s’il avait pu échapper à la censure et à la morale de son époque, en aurait fait sa pièce de théâtre la plus aboutie… Rares sont les romans aussi bien dialogués que celui-ci : certaines scènes sortent tout droit du livre. Et par la suite, pour écrire ses meilleures pièces de théâtre, Wilde n’a jamais cessé de piocher dans son unique roman. Tel est mon rêve et mon obsession : vous faire découvrir, pour la première fois, cette nouvelle pièce d’Oscar Wilde. Thomas Le Douarec