Danse

Voir la vidéo

Date Heure Réservation
Vendredi 5 Octobre 21h00
Tarifs
Tarif général16 €
Tarif réduit12 €
Tarif enfant6 €

Durée : 1h15

RÉMINISCENCES


COMPLET

Compagnie Le Cercle des danseurs disparus

Chorégraphie d’Ifrah Zerarda pour 9 danseurs


Chacun d'entre nous est traversé par des réminiscences d'une situation ou d'une vie antérieure ; il suffit parfois d'une trace, d'une image, d'une odeur, d'un lieu, pour avoir cette intense sensation qui transcende nos esprits. Qui n'a pas connu le sentiment de « déjà vécu », l'impression paradoxale de connaître un endroit inconnu, mais si curieusement familier ?

À travers cette dernière création éponyme, le chorégraphe Ifrah Zerarda interroge le corps sur ces mystérieuses perceptions parfois claires et parfois vagues et incomplètes.

À travers un ballet onirique, la danse, hip-hop et contemporaine, se veut narrative, graphique, courbe, tordant à la fois l'espace et le temps, l'esprit et le corps, sublimée par une sincérité et un don de soi émotionnel, se concluant sur une chorégraphie tantôt légère, tantôt tragique.

L'apparition d'un souvenir est suscitée par les sensations, mais son apparition réelle provient de l’âme ; le corps, la danse et ses sens, ne sont que les outils qui aident celle-ci à accoucher de ses oublis.


Née en 2015, la compagnie Le Cercle des danseurs disparus est incontestablement une compagnie émergente, dirigée par un chorégraphe à l’écriture atypique, et qui cultive une vraie singularité de l’écriture chorégraphique, mêlant la forme et le fond, le propos et la poésie. Lauréate de plusieurs concours à thème dont celui des Jeunes Chorégraphes 2016, elle a su se faire remarquer au plan national en étant invitée à plusieurs festivals (Nanterre, Bordeaux, Marseille, Paris, Clermont-Ferrand) et a bénéficié du soutien technique du Centre Chorégraphique National de La Rochelle.

Après la création Fractal, joué en octobre 2017 à Altigone, la compagnie revient cette saison avec un nouveau spectacle intitulé Réminiscences.


« L'idée d'aborder ces questions m'est apparue en même temps que le crépuscule de la trentaine, l’âge canonique de la jeunesse. J'ai voulu, à travers cette pièce, mettre en scène des images, des situations, des contextes auxquels, tout un chacun pourra s'identifier, et s'accaparer le ballet par la même occasion. Une danse intelligible, au service de l’âme, de l'enfance, et de la quête de sens.

Réminiscences est une pièce mûre, sincère, puissante, rappelant que la vie commence demain. » Ifrah Zerarda